Becky's blog

10 juillet 2008

Les résultats sont là !

BIHACA4CC71DCAO9XSZMCA7BGIGXCAAJ4I43CAI34415CAKEIKNKCA0L7D1BCAP75WR9CA0ZJ9ZVCACMZVOLCAQ7CJCRCA6NSWTOCA8FP6MZCAIBCMELCA4KM78CCAX0UVQHCA573X4HCA9863OHVoilà une longue attente qui se termine, et une page qui se tourne ! Les résultats de mon concours sont tombés aujourd’hui… Je suis dans les 1500 premiers sur environ 6000 candidats… Je suis super contente !! C’est satisfaisant de voir 2 ans de travail payer ainsi, deux ans de soirées sacrifiées et de bouffées de stress à l’idée de ce qui m’attendait !

 

Bref, je suis ravie, car ce classement me permet d’avoir accès à tout ce qui me plaît… ce qui est quand même le but de la chose, disons-le ! Il ne reste plus qu’à me décider… pas facile, mais je préfère ça à un choix « forcé » par un mauvais classement !

 

Par contre, ça a été épique pour avoir les résultats… arf, ça me fera de bons souvenirs ;-). Les résultats étaient prévus pour demain initialement, mais ils tombent souvent plus tôt. Ce matin, j’apprends via un forum internet que certaines facs ont commencé à afficher les résultats de leurs étudiants. Forcément, pas la mienne, hein, ça aurait été trop simple (quoique, à 6000km, pas si simple que ça ! )

 

Je file en stage, je me reconnecte discretos à partir de l’hôpital vers midi, entre eux patients… et là, j’apprends que ma fac a affiché les résultats, et que le site Internet officiel fonctionne. Arghhhh ! Grosse bouffée de stress… en plus, j’étais coincée en consultation, impossible de m’éclipser. J’aurais pu regarder les résultats à partir d’un des PC de l’hôpital, mais je n’y tenais pas vraiment… je préférais être chez moi, avec Il pas trop loin au bout du fil.

 

Finalement à 13H, n’y tenant plus, j’ai demandé à ma chef si je pouvais partir… elle accepte, je me rue chez moi, je me connecte. Je teste le site du CNCI en entrant le nom de ma sous-colleuse, c’est-à-dire ma copine avec qui j’ai bossé un après-midi par semaine… misère, elle est dans les profondeurs du classement, entre 4000 et 5000. Puis, pour retarder le moment fatidique, j’entre le nom d’une autre de mes amies, très forte, souvent mieux classée que moi aux concours blancs : 2500. Arghhhh, gros coup de stress là…

 

Et puis bon, quand faut y aller faut y aller hein !! J’entre mon nom, Il fait de même de l’autre côté de l’océan…On clique ensemble. Mon cœur bat à 200 à l’heure ! Et là… ça buggue. Super. De mon côté la page ne s’affiche pas, et du côté de Il ça lui dit que le candidat n’existe pas. Génial, je vous dis. Je recommence, vite… Et finalement, ça s’affiche. Fébrile, je descends les lignes, jusqu’à la dernière… et là, victoire !!! Je suis trooooooooooop contente !!!!  Et puis je suis tellement heureuse de partager cela avec Il, qui m’a tellement aidée quand ça n’allait pas… je ne sais pas comment j’aurais fait sans lui le dernier mois.

 

 

Bref, LE BONHEUR !! Forcément, je fonds en larmes, hein… la dernière fois que j’avais pleuré de bonheur, c’était il y a 5 ans, pour mes résultats de première année. La médecine est décidément riche en émotions ;-)

 

Et depuis ? Depuis, je flotte sur un nuage, et j'en profite ;-)

 

Posté par Becky Wincky à 04:04 - Commentaires [9] - Permalien [#]


09 juillet 2008

Quand il faut, il faut !

MF0QCA3ZT9ACCA1AQGXACA4XG0NNCAEKEC4ICAO6B7O0CAX12XLOCARJ84MYCAPKLDD5CA422BOWCAMTEVUKCAQ5KHQVCAQI94J2CAED9QXZCAS4B64UCACODPIUCA1R2GF8CAPADQD6CAJJHKZVMoment M moins quelques heures… avant la publication des résultats. Arghhhhhh !! Autant tout mon stress avait disparu après le concours, autant là il revient… je ne dirais pas que je suis plus stressée, car c’est impossible, mais quand même… une angoisse sourde commence à monter, une de ces angoisses qui viennent de l’importance du moment… Je suis à quelques heures d’un résultat qui va avoir des conséquences lourdes sur ma vie.

Pas facile de rester zen… en plus, chaque année els résultats tombent un peu plus tôt que prévu, donc à partir de demain matin je vais surveiller ça de très près… enfin, autant que faire se peut ! Je suis en stage… et même si j’ai accès à Internet de l’hôpital, je préfère attendre un peu et découvrir les résultats de chez moi.

M’enfin, je suis bien contente d’avoir ce décalage horaire !! les résultats seront à priori disponibles en fin d’après-midi, donc au moment de la pause déjeuner pour moi… ça fait toujours ça de moins à attendre ;-)

Bien sûr, je vous tiens au courant…

Posté par Becky Wincky à 04:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juillet 2008

The Police - Roxanne

The Police - Roxanne
Vidéo envoyée par ThePolice

The Police - Roxanne - (C) 1978 A&M Records Ltd. Universal Music Division Polydor

Soudain, envie de ré-écouter cette chanson… alors, c’est parti ! C’est marrant, à l’origine ce n’était pas une de mes chansons fétiches, mais là, hop, une impulsion !

Et puis bon, Sting est un vrai plaisir pour les yeux ;-)

Posté par Becky Wincky à 20:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juillet 2008

Une pensée vers vous...

BougieJe voudrais que tous ceux qui liront ce message aient une pensée pour une certaine tribu, qui est bien triste en ce moment…

Je pense très fort à vous tous, Claire… J’embrasse toute la tribu.

Posté par Becky Wincky à 03:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 juin 2008

En route !

Voilà, je suis arrivée de l’autre côté de l’Atlantique, pour un stage de deux mois… tout se passe très bien pour l’instant.

Le voyage en avion aurait difficilement pu mieux se passer… j’ai même été surclassée en business, la classe ^^ L’hôtesse me demande si ça ne me dérange pas… non, non, ne vous inquiétez pas, ça ira ^^

Bref, voyage grand luxe, siège inclinable à 180°, plein de films, poulet farci aux fruits secs, artichauts marinés, sorbet cerise…

Soudain, on appelle un médecin, pour un passager qui a fait un malaise… j’y vais ? j’y vais pas ? bon, finalement ma conscience professionnelle prend le dessus, je vais voir si je peux aider… il y a déjà un « vrai » médecin, donc pas besoin ! Ils lui sortent un stétho, je ne sais pas comment il peut entendre quoi que ce soit avec le bruit de fond de l’avion…

A l’arrivée, j’attrape un taxi, j’aperçois de loin l’empire state building, mais c’est tout… j’arrive par le haut de manhattan, du coup il n’y a pas grand-chose à voir ! On traverse Harlem en voiture, heureusement que je n’habite pas là ^^ ça a l’air assez craignos…

Première nuit impec’, là je vais filer faire des courses car mon frigo est vide…

Posté par Becky Wincky à 15:17 - Commentaires [4] - Permalien [#]


09 juin 2008

Libre !

Arf, c’est vraiment bien les vacances. Surtout avec le beau soleil qui brille depuis ce matin ! L’après-midi suivant le concours, ça me faisait tout bizarre de ne pas travailler, je culpabilisais à moitié… ça m’est vite passé ^^

En vrac…

-          Après-midi chez Kenzo, je vous raconterai demain…

-          Un WE de folie, pourrie gâtée de cadeaux because anniversaire… et ça recommence le WE prochain ^^

-          Un baiser volé sous une arche de verdure

-          Des déjeuners à droite-à gauche, j’adore !

-          Je vais apprendre à faire les macarons…

-          Je vis en jupe-talons !

Rhoooo… tout va bien, quoi !

Posté par Becky Wincky à 19:33 - Commentaires [4] - Permalien [#]

05 juin 2008

Enfin... en vacances !!!

2597_3760933_yin_yang_gde_H150419_LMe voilà de retour !! Et vous savez quoi ? J’ai survécu.

Si, si, je vous jure.

Et pourtant, c’était mal parti… la dernière semaine avant l’internat a été dure. 8H de révisions par jour, ma mère qui ne voulait pas comprendre que je ne voulais pas héberger ma sœur chez moi cette semaine-là pour lui faire gagner 15 minutes de transport le matin… et puis finalement, j’ai bien bossé, ma sœur a été cool et est restée chez mes parents, et Il a été là.. toujours. Un super coach ;-)

Je suis partie le lundi soir à Villepinte ; j’avais réservé un hôtel près du lieu du concours, pour être sur place. Dernières révisions, nuit presque blanche de stress… j’ai tenu à l’adrénaline le mardi. Six heures d’épreuves, 3 le matin et 3 l’aprèm. Le tout dans un grand hall glacé… mon premier geste a été de caler ma table, bancale, et de m’envelopper dans mon écharpe. Le temps de synchroniser les différents centres d’examens, de recompter les copies à la fin, ça a duré 4 heures en fait…

Et re-belote le mercredi matin, encore 3 heures. Sauf que autant j’ai bien réussi le mardi, autant le mercredi, j’ai un doute ^^ une erreur d’étourderie… qui va sûrement me valoir zéro à la question. On verra.

Et en sortant, le mercredi, les hurlements de joie, la fanfare des internes en rose à la sortie… un sentiment extraordinaire de liberté. Ces deux jours ont été très intenses, j’ai eu le sentiment de vivre quelque chose d’exaltant, quelque chose que j’attendais depuis si longtemps… je me sens tellement libérée !

Et depuis… je revis ! je me balade, je bouquine, je prends du temps pour moi sans me culpabiliser… et je pense à ce grand voyage qui s’annonce.

Posté par Becky Wincky à 18:37 - Commentaires [3] - Permalien [#]

27 mai 2008

J-7

pluieDans une semaine jour pour jour, je serai en train de composer, anonyme parmi des milliers, dans le hall impersonnel d’un bâtiment de la banlieue parisienne.

Dans une semaine et un jour… tout cela sera fini, tout ce pour quoi je travaille depuis 2 ans sera terminé.

Et en attendant… je travaille, je travaille, je travaille, avec l’aiguillon du stress qui commence à s’insinuer (mais que je combats à coup de valériane, de passiflore et de bisous, non mais ! ) Je me dis que je n’arriverai jamais à boucler mon programme comme je le souhaite… je voulais finir mon tour vendredi au plus tard, pour revoir les gros chapitres sur les trois derniers jours, mais j’avance moins vite que prévu… il y a toujours des choses pour lesquelles je me dis zut, j’avais oublié, donc je le ré-écris, je le ré-apprends… et je perds du temps.

Je n’ai plus stage le matin, du coup je passe mes journées chez moi. Pour changer d’air, j’alterne chambre, salon, cuisine… et même, soyons fou ! la bibliothèque. Si si, je vous jure… je suis une aventurière du quotidien, moi ! Je fuis la bibliothèque de la fac comme la peste, et je me réfugie dans la petite bibliothèque d’un musée près de chez moi, sans étudiants en médecine… le rêve. Ça me permet de voir du monde, et même de faire quelques rencontres amusantes…

La semaine dernière, par exemple, le monsieur de la médaille… Et aujourd’hui, une conversation loufoque avec un autre monsieur près de moi (mais non, je n’attire pas les pervers…), qui m’a abordée lorsque la bibliothèque fermait, pour me dire « dites donc, vous surlignez beaucoup ! et à surligner, on perd parfois l’essentiel…» ! Ce à quoi j’ai rétorqué… chacun ses méthodes ! D’autant plus que je bossais dans un bouquin effectivement surligné, mais que je n’étais pas en train de surligner, enfin bref. Du coup, nous voilà embarqués dans une discussion, de laquelle il est ressorti, en vrac, que le meilleur stabilo pour mémoriser était le violet, que l’on se trompe beaucoup sur les apparences (il me voyait en littéraire rêveuse, surlignant un poème devant la pluie… so romantic), et que les étudiants en médecine ont la réputation d’être ceux qui ont les meilleures capacités de concentration. M’enfin, à la fin je l’ai laissé partir devant, hein, il avait l’air un chouia louche quand même ;-)

Bref, beaucoup de choses à la fois, mais une semaine intense… qui me fait réaliser, encore une fois, que plus c’est compliqué, et plus je me sens vivante. Cool ^^

Image : http://purpledoll.hautetfort.com/les_mots_des_autres/

Posté par Becky Wincky à 18:30 - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 mai 2008

« La vie, c’est jamais si bon ni si mauvais qu’on croit »

coeurUne vie, Maupassant

D’un côté, un dimanche après-midi calamiteux, qui m’a laissé brûlante de rage et pantelante de stress.

De l’autre…

- Une grande discussion avec Il entre minuit et deux… j’aime bien les interludes comme ça.

- Le dimanche après-midi, Il qui m’a récupérée à la gare, qui a séché mes larmes, n’a pas lâché ma main, et m’a emmenée boire un verre puis dîner dans un super resto où les chefs cuisinent sous nos yeux, en balançant le tofu et les saint-jacques dans les assiettes. Si si, je vous jure. Et puis on est rentrés chez lui, j’ai un peu travaillé, et je me suis endormie juste contre lui, le nez dans son T-shirt.

- A la bibliothèque cette après-midi… un vieux monsieur assis devant moi, qui lisait avec une loupe. En partant, il s’approche de moi, et me dit : tenez, accepteriez-vous cette médaille de la Vierge ? elle est bénie, vous savez... vous la voulez bien ? Et pouf, il me l'a offerte, juste comme ça, en me souhaitant bon courage et en me disant que j'étais charmante ;-) Du coup, ça fait une heure que j'ai un sourire béat :-) Je ne suis pas spécialement croyante, mais j’avoue que là, à 15 jours de l’internat et entre le cancer de la prostate et le syndrome néphrotique sur amylose, ça fait toujours du bien ^^ Et puis, les dons désintéressés sont asses rares pour être notés !

Bref…ça ne va pas si mal que ça. Ça va même plutôt bien, disons-le !

Posté par Becky Wincky à 18:46 - Commentaires [2] - Permalien [#]

08 mai 2008

Comme un fantôme décoloré

4117789C’est maintenant qu’il faudrait. Tout mettre dans cet ultime but, tout oublier, pour un mois, à peine… compartimenter, ne pas tout mélanger, arrêter de penser… Remplacer les rêveries par des classifications TNM, les battements de cœur par des chapitres d’ophtalmo, les écrits par des fiches…

Lili, take another walk out of your fake world
Please put all the drugs out of your hand
You'll see that you can breath without not back up
Some much stuff you got to understand

Je ne peux plus, tu sais.

For every step in any walk
Any town of any thought
I'll be your guide

Tout ce que je veux, c’est qu’on me laisse tranquille. Dans mon coin, dans mes pensées. Libre de courir, de créer, de rêver… Vivre. Avant d’être vieille, pour ne pas mourir sans avoir vécu… Perdre de ma vie pour sauver celle des autres, ça ne m’intéresse plus. Je deviens égoïste, depuis quelques temps.

For every street of any scene
Any place you've never been
I'll be your guide

Envie de nuit, de cette musique, de cette voix qui m’obsède, cette voix rauque en sourdine, la guitare derrière… envie de me noyer dans tout cela, de m’endormir, et de me réveiller une fois que tout cela sera fini.

Lili, you know there's still a place for people like us
The same blood runs in every hand
You see it's not the wings that makes the angel
Just have to move the bats out of your head

Partir, loin, loin, un aller sans retour tu sais… faire ce tour du monde, ces nuits sous la tente, marcher dans les Highlands, et me baigner dans les sources volcaniques d’Islande. Revivre.

For every step in any walk
Any town of any thought
I'll be your guide

En attendant, je blesse les plus purs, je suis attirée par un miroir aux alouettes, peut-être. Chercher la liberté là où je peux la prendre.


For every street of any scene
Any place you've never been
I'll be your guide

Alors, garder le cap, encore un peu, rien qu’un peu, ne pas regarder loin, juste vivre, minute par minute, mot par mot. Avancer chapitre par chapitre, faire pour le mieux, arrêter de croire que les autres font mieux. Blinder son esprit.

Lili, easy as a kiss we'll find an answer
Put all your fears back in the shade
Don't become a ghost without no colour
Cause you're the best paint life ever made

Le temps porte conseil, et la vie fait toujours son chemin.

For every step in any walk
Any town of any thought
I'll be your guide
For every street of any scene
Any place you've never been
I'll be your guide


Posté par Becky Wincky à 16:26 - Commentaires [10] - Permalien [#]